• reservar-hotel-balneario-huesca-vilas-del-turbon-08.jpg
  • reservar-hotel-balneario-huesca-vilas-del-turbon-05.jpg
  • reservar-hotel-balneario-huesca-vilas-del-turbon-01.jpg
  • reservar-hotel-balneario-huesca-vilas-del-turbon-04.jpg
  • reservar-hotel-balneario-huesca-vilas-del-turbon-10.jpg
  • reservar-hotel-balneario-huesca-vilas-del-turbon-11.jpg
  • reservar-hotel-balneario-huesca-vilas-del-turbon-02.jpg
  • reservar-hotel-balneario-huesca-vilas-del-turbon-09.jpg
  • reservar-hotel-balneario-huesca-vilas-del-turbon-06.jpg

Elle s'étend sur la partie nord la plus orientale de l'Aragon et elle s'enorgueuillit d'une personalité très marquée et un répertoire naturel inépuisable: le sommet le plus élevée d'Aragon, l'Aneto, et trois rivières -l'Ésera, l'Isábena et la Noguera Ribagorzana-.

Le terroir présente une différenciation nette entre la Haute et la Basse Ribagorza. Graus est la capitale de la région, ville où convergent l'Ésera et l'Isábena, particulièrement connue par les historiens et les gastronomes pour des raisons diverses. Pour les premiers, pour être le lieu de la retraite et de la mort du célèbre auteur haut-aragonais, leader du "regénérationnisme", Joaquín Costa. Et pour les seconds, pour être la principale bourse nationale du marché de la très rare, exquise et hautement cotée truffe. Son agglomération est protégée par Nôtre Dame de la Peña, l'église collégiale qui préside de son roc tout l'ensemble urbain. Graus est une cité de tracé médieval, avec des rues larges et droites. L'autre perle de Graus, en plus de l'église collégiale, est la Place principale, de forme irrégulière et avec des bâtiments complètement différents, comme s'agissant des personnes. En ressortent la façade polychrome de la maison du baron d'Abella, les bâtiments étroits avec un certain air moderniste et la bâtisse Bardexí.

Au nord de la région, on trouve la Vallée de Benasque, une zone avec un grand charme touristique. Ici se situe la station de ski de Cerler, avec l'impresionnante vue sur la plus grande concentration de hauts sommets d'Espagne. Benasque, convertie en un lieu recevant une grande quantité de touristes, s'avère un fascinant village pyrénéen jalonné de grandes maison fortifiées.

En ce qui concerne les temples réligieux, il faut remarquer la cathédrale de Roda de Isábena et le Monastère de Obarra, tous les deux situés dans la Vallée de l'Isábena. Roda a été le siège épiscopal et capitale de l'historique comté de la Ribagorza. Cette ville retirée, et aujourd'hui presque anonyme, a été, jusqu'à la reconquête de la taifa musulmane de Lérida, l'un des plus importants et actifs évêchés de l'Espagne chrétienne. La cathédrale et son environnement monumental certifient de son passé glorieux et mettent en évidence la richesse et l'influence que ces terres ont eu. La cathédrale est un bâtiment unique, de trois nefs, qui héberge près du mur au nord le cloître roman, avec une intéressante salle capitulaire, et en plus un riche musée de la cathédrale. Sur les restes de la cathédrale primitive, on a bâti celle définitive, romane, entre les XIe et XIIe siècles. Le musée de la cathédrale comprend un riche patrimoine qui a été spolié en 1979. Parmi les pièces qui ont disparu se trouvait la précieuse chaise de Saint Ramon, dont on a pu récupérer des fragments par la suite. De son côté, Obarra, fondée au IXe siècle, est un temple magnifique à quatre nefs, de plan basilical. À l'extérieur on distingue la décoration lombarde, qui parcourt les murs et les nefs sur la partie supérieure.

Le fleuve Noguera Ribagorzana constitue une barrière naturelle entre l'Aragón et la Catalogne. De cette zone ressort Benabarre comme la ville la plus emblématique, avec son voyant château et, à ses pieds, l'agglomération. Le cours du Noguera Ribagorzana offre des paysages très variés. Le cours supérieur est celui propre à la haute montagne, avec des rochers escarpés. Au bassin moyen, le fleuve traverse des communes telles que Montañana qui conserve encore intacte sa saveur médievale.

Ce site utilise des cookies. En continuant à parcourir vous acceptez leur utilisation.